Catégories
Coin littérature Papiers

130 Hommages

Je préfère perdre et me perdre dans des crises qu’on dit d’identité. Perdre haleine, fuir et même déserter. Perdre un doigt, mon honneur s’il le faut. Perdre le goût, le goût tout court, le goût des autres, l’odorat et le reste, la mémoire et mes meilleurs amis. Oh Préférer perdre le sens de l’humour, le […]

Catégories
Coin littérature Papiers

Carnages

Il y a des jours comme ça où on aime la France, où on a envie de chanter la Marseillaise, envie d’être tricolore comme un supporter insupportable. Il y a des jours où on se reproche de pas être assez français. Des jours où on voudrait s’appeler Dupont quand on s’appelle Magyd. Suis-je toqué ? […]

Catégories
Coin littérature Papiers

Nadine à la dérive

Elle dit qu’elle est blanche. Elle aurait pu dire je suis femme, je suis lorraine, gourmande, blonde, acariâtre … Enfin, y’a plein d’adjectifs et la langue française ne manque pas de qualificatifs. Mais non ! Tout à coup elle affirme : « Je suis blanche ! », comme un marqueur des civilisations, une graduation qui […]

Catégories
Coin littérature Papiers

Nadine est son prénom

Désormais les reubeus disent « naâdine » et rajoutent « mook », ça fait donc « naâdinemook » (une insulte). Elle s’appelle Nadine comme on s’appelait Gilbert ou Jean-Jacques il y a quelques temps de ça, des prénoms qu’on ne donnerait plus au plus chéri des nouveaux nés. C’est ainsi, ils sont passés de mode, éculés, caduques comme un short de […]

Catégories
Coin littérature Papiers

Mon roman à venir …

Quartiers nords de Toulouse , la cité d’urgence. Rue Raphaël, rue Van Dick, des peintres mais personne ne les revendique, puis des poètes, des écrivains mais ici personne ne sait lire personne n’écrit. D’ailleurs, personne ne parle français tout le monde baragouine. Au milieu des caravanes et des baraques en taule un adolescent se découvre […]

Catégories
Coin littérature Papiers

Appelez-nous Français en attendant qu’on le devienne

Texte initialement paru dans L’Humanité du 14 janvier 2015 Après ces meurtres qui n’ont pas assassiné que leurs victimes, après la sidération, l’émotion, nous voilà groggy, chancelants. Chancelants mais pas définitivement éteints. On se contemple vivants et l’on se dit, qu’avons-nous fait de nous-mêmes ? De nos proches, de nos voisins, de nos concitoyens. Pourquoi le […]