Catégories
Coin littérature Papiers

Nom Floyd, prénom Adama

Demandez-vous pourquoi l’on court, pourquoi l’on se cache et pourquoi l’on tremble à la vue d’un uniforme de la police ? Oh français dits blancs de souche ! Demandez-vous pourquoi ils sont des dizaines de milliers de jeunes noirs et arabes à avoir peur du flic ? Demandez-vous pourquoi cette angoisse, ce nœud dans l’estomac, cette envie de prendre ses jambes à son cou. Connaissez-vous des noirs ou des jeunes issus de l’immigration maghrébine qui ne redoutent la vue d’un uniforme ? Qui ne voient à grosses gouttes leur front perler de terreur à l’idée d’en croiser un ? Demandez-vous pourquoi cette sensation de culpabilité par la seule pigmentation de la peau ? Demandez-vous pourquoi cette illégitimité naturelle ? Et pourquoi cette suspicion à l’endroit des représentant dits de l’ordre ? Ce déni envers ces gardiens de ladite paix ? Demandez-vous pourquoi l’on fomente des fuites, des itinéraires bis, des sprints ? Demandez-vous, vous français légitimes, donc blonds et blancs, ce que c’est que de ne pas l’être ? Ce postulat est-il d’ailleurs envisageable ? Pourquoi si peu d’entre nous envisageons une carrière dans les rangs des forces républicaines et imaginez les souffrances de ceux qui les ont intégrées.

Français est-ce qu’on l’est vraiment quand on est noir de peau ? Français est-ce qu’on l’est vraiment dans le regard de Marianne quand on s’appelle Mohamed ? Est-ce qu’on accède aisément au logement quand est d’origine malienne ? Au poste d’encadrement quand on est d’origine algérienne ? Demandez-vous pourquoi l’on envisage les CV anonymes ? Pourquoi ce besoin de se regrouper entre ethnies, pourquoi ce regain de croyance et pourquoi les jeunes se remettent à croire, à jeuner, prier, à se tourner vers l’est. Pourquoi s’identifie-t-on à des pays dont on a jamais foulé le sol ? Pourquoi l’on est sanctionné pour des youyous éructés devant le maire au sein même du saint des saints. Pourquoi cette défiance pour des drapeaux marocains brandis pour une victoire marseillaise, pourquoi c’est pas la même pour des étendards espagnols ou portugais ? Pourquoi tant de haine pour des pelouses envahies par plus d’indiscipline que de rejet de la France ? Pourquoi faut-il qu’on s’intègre alors qu’on est français ? Pourquoi faut-il que l’on s’appelle Corinne ou Guillaume ? Pourquoi à l’entrée des grandes surfaces, à tous les carrefours, cette sensation d’être suspects.

Comptez le nombre de jeunes noirs incarcérés, le nombre de morts victimes de balles policières ou d’insultes insuffisamment sanctionnées ou pas sanctionnées du tout. Pourquoi ce deux poids deux mesures en fonction de votre origine, de la couleur de votre peau de votre religion ? Pourquoi ce besoin qu’ont les élus de tous bords de nous rassurer ? Est-ce qu’un français se demande s’il est français ? Est ce qu’il se demande d’où il vient ? Est-ce que seulement on lui pose la question ? Pourquoi faut-il qu’on soit une communauté ? Pourquoi nous faut-il des représentants ? Et encore pourquoi faut-il qu’on soit musulmans ? Pourquoi faut-il qu’on nous élève au pinacle ou qu’on soit frappés par le sceau de l’infamie ? Pourquoi n’existe-il pas d’entre deux citoyen ? Pourquoi cette absence dans le récit français ? Cette inexistence citoyenne, ce refus de nos êtres multiples. Pourquoi tremble-t-on à l’idée d’être nombreux, regroupés, une équipe ? Pourquoi on s’identifie plus à Shaft qu’à Maigret, à Marley, Jordan, James Brown ou Mohamed Ali plutôt qu’aux quatre mousquetaires ? Pourquoi on se préfère plus new-yorkais que parisien.
Pourquoi est-ce qu’on n’est pas français ? Hein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.