Quartiers nords de Toulouse , la cité d’urgence.

Rue Raphaël, rue Van Dick, des peintres mais personne ne les revendique, puis des poètes, des écrivains mais ici personne ne sait lire personne n’écrit.

D’ailleurs, personne ne parle français tout le monde baragouine.

Au milieu des caravanes et des baraques en taule un adolescent se découvre poète et les mots vont l’écarter des autres.

Plus il affine ses rimes et plus le fossé se creuse, il devient au fur et à mesure de son érudition le traître …

Le français.

Laisser un commentaire