Mes excuses à la France

Madame, on vous promet de plus vous embêter. Pardon de vous exaspérer, de vivre qu’entre nous, de brouiller votre identité, oh pardon de pas être chrétien. On sera français pour de vrai, promis on mourra pour la patrie. Madame, restez vous-même, éternelle ! Pardon de désosser votre socle millénaire, pardon pour l’Empire qu’on a déboîté, pardon pour le désordre à chaque coin de rue, pardon d’aimer nos mères qui ne seront ni Jeanne, ni Marianne, pardon d’avoir aidé nos pères à pleurer tous ces morts qu’étaient vos ennemis, pardon d’appartenir à deux camps. On mangera des crêpes à mardi gras, du chocolat à Pâques et Jésus sera planté devant le sapin.

Pardon d’avoir deux langues qui ne se parlent pas, pour la couleur de notre peau, d’être colérique et bougon, pour la prière étalée dans les rues, pour la schizophrénie qui est la nôtre. Pardon de pas être guéri. Pardon de pas avoir trouvé la voie, de pas avoir été bon, de pas avoir décroché toutes les distinctions. Oh Madame pardon d’avoir eu peur de trop vous ressembler, nous fils indignes, pardon d’avoir grossi les troupes du front national, pardon pour le chômage et d’avoir fait le plein de toutes les prisons. Pardon pour le rap. Pardon d’avoir du mal à disparaître et d’avoir imposé le CV anonyme. Pardon pour le désordre et puis de s’appeler toujours Ahmed. Pardon de vous avoir obligé à sévir, pardon pour les foulards et la barbe. Pardon d’être de trop et de brouiller les cartes et de vous faire peur. Pardon pour nos névroses, pour la rancœur et l’ascenseur qu’on a cassé, pardon d’en appeler aux circonstances atténuantes et aux excuses que vous devez nous trouver, pardon de pas être repartis à temps, de pas avoir été exemplaires, d’avoir boudé la république. Pardon pour ce casse-tête chinois, d’être toujours victime, de pas vous faire rire, pardon pour les youyous, pour le sarouel, pardon de n’être ni Zizou ni Jamel ou Rachida.

On va s’intégrer à fond, on va chanter la Marseillaise de tout notre cœur, on va brandir le drapeau, s’incliner devant la tombe du soldat inconnu, on vous promet d’aimer Cloclo et Enrico Macias …

Pardon pour les allocs et pour les subventions. Pardon d’être coupables de vous rendre coupables, pardon d’avoir été souvent de gauche, pardon pour le bruit, pardon pour l’odeur, et enfin nos excuses les plus plates.

Plus sur “Mes excuses à la France

  1. merci Magyd, je vous aime sur scène depuis des années, pour votre talent et votre humanité sans autre considération ; maintenant, grâce à votre écriture forte et sincère, j’ai l’impression enfin de comprendre. C’est l’empathie qui nous manque, à tous. Mais vous n’êtes pas obligé d’aimer Claude François et de devenir Gaulois, ce n’est pas aussi schématique, il y a aussi Aragon et Camus. Hélas aussi les douloureux contentieux. .. et puis, un jour l’eau et l’huile finissent par faire une émulsion..
    Bonne route, Magyd

Laisser un commentaire