Une Algérie enfin !

« Je reste pantois devant la jeunesse algérienne. Oui, je la croyais définitivement éradiquée, je pensais que l’Algérie était devenu un pays sans jeunes, qu’elle s’était faite à l’idée de se survivre « sans » et m’y suis fait, et soudain là-voilà cette jeunesse, magnifique, flamboyante, vivante. M’étais trompé. Mais faut vous dire. Longtemps pour moi l’Algérie … »